L’intervalle

Esther Granek

Ça commence par un cri.
Ça finit dans un râle.
Et durant l’intervalle
se déroule toute une vie

Qui pourrait raconter
si l’on souffre de naître ?
On n’en peut rien connaître.
C’est secret inviolé.

Et personne ne dira
les affres du trépas
puisqu’on n’en revient pas.
Jamais on ne saura.

Mais durant l’intervalle
qu’on voudrait sans une fin
même s’il fait souvent mal,
c’est (parfois) vachement bien !

Esther Granek, Ballades et réflexions à ma façon, 1978

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *