Antique

Arthur Rimbaud

Gracieux fils de Pan ! Autour de ton front couronné de fleurettes et de baies tes yeux, des boules précieuses, remuent. Tachées de lies brunes, tes joues se creusent. Tes crocs luisent. Ta poitrine ressemble à une cithare, des tintements circulent dans tes bras blonds. Ton cœur bat dans ce ventre où dort le double sexe. Promène-toi, la nuit, en mouvant doucement cette cuisse, cette seconde cuisse et cette jambe de gauche.

Arthur Rimbaud, Illuminations

Imprimer ce poème

7 commentaires sur “Antique”

  1. Sandrine COLE

    dit :

    il est pas mal 🙂

  2. javier

    dit :

    Merveilleux comme lui

  3. jean pierre porno

    dit :

    Poème très sensuel, je dirais même un peu trop pour certains enfants…

  4. Julie

    dit :

    A mettre en relation avec le poème de Verlaine,
    Mais c’est vrai que c’est un magnifique poème, j’aime beaucoup.

  5. leon

    dit :

    je l’aime bien

  6. leon

    dit :

    Quel poeme ! Je l’aime.

  7. Alison :)

    dit :

    Magnifique poème *______________*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *