Les mots

Esther Granek

Pour soulager l’Homme peinant,
que d’idées se voudront recettes
qu’on applaudit, serrant les rangs,
coeurs exaltés et haut les têtes,
tous au combat se sacrifiant.

Mais quand le droit en sort gagnant,
rendant le passé obsolète
et les lendemains souriants,
pour les coquins ce sera fête :

Feront leurs nids aux premiers rangs.
Se mettront lauriers sur la tête.
Nommeront noir ce qui est blanc.
Ou le contraire. En pirouette.

Ainsi l’Histoire se répète
en chaque siècle et continent…

Esther Granek, De la pensée aux mots – 1997

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *