A Paris, en été, les soirs sont étouffants…

François Coppée

A Paris, en été, les soirs sont étouffants.
Et moi, noir promeneur qu’évitent les enfants,
Qui fuis la joie et fais, en flânant, bien des lieues,
Je m’en vais, ces jours-là, vers les tristes banlieues.
Je prends quelque ruelle où pousse le gazon
Et dont un mur tournant est le seul horizon.
Je me plais dans ces lieux déserts où le pied sonne,
Où je suis presque sûr de ne croiser personne.

Au-dessus des enclos les tilleuls sentent bon ;
Et sur le plâtre frais sont écrits au charbon
Les noms entrelacés de Victoire et d’Eugène,
Populaire et naïf monument, que ne gêne
Pas du tout le croquis odieux qu’à côté
A tracé gauchement, d’un fusain effronté,
En passant après eux, la débauche impubère.

Et, quand s’allume au loin le premier réverbère,
Je gagne la grand’ rue, où je puis encor voir
Des boutiquiers prenant le frais sur le trottoir,
Tandis que, pour montrer un peu ses formes grasses,
Avec son prétendu leur fille joue aux grâces.

François Coppée, Promenades et Intérieurs

Imprimer ce poème

4 commentaires sur “A Paris, en été, les soirs sont étouffants…”

  1. mosbah

    dit :

    jolie plume qui nous ballade dans des univers parallèles depuis la capitale jusqu’aux tristes banlieux, à la manière d’un rite initiatique intérieur.

  2. hak

    dit :

    ce poéme est magnifique

  3. edouardo

    dit :

    Oui il est magnifique. Moi, j’aime bien le 3ème couplet.

  4. anonyme

    dit :

    C’est un très beau poème !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *