L’Araignée et l’Hirondelle

Jean de La Fontaine

« O Jupiter, qui sus de ton cerveau,
Par un secret d’accouchement nouveau,
Tirer Pallas, jadis mon ennemie,
Entends ma plainte une fois en ta vie !
Progné me vient enlever les morceaux ;
Caracolant, frisant l’air et les eaux,
Elle me prend mes mouches à ma porte :
Miennes je puis les dire; et mon réseau
En serait plein sans ce maudit oiseau :
Je l’ai tissu de matière assez forte. »
Ainsi, d’un discours insolent,
Se plaignait l’araignée autrefois tapissière,
Et qui, lors étant filandière,
Prétendait enlacer tout insecte volant.
La soeur de Philomèle, attentive à sa proie,
Malgré le bestion happait mouches dans l’air,
Pour ses petits, pour elle, impitoyable joie,
Que ses enfants gloutons, d’un bec toujours ouvert,
D’un ton demi-formé , bégayante couvée,
Demandaient par des cris encor mal entendus.
La pauvre aragne n’ayant plus
Que la tête et les pieds, artisans superflus,
Se vit elle-même enlevée :
L’hirondelle, en passant, emporta toile, et tout,
Et l’animal pendant au bout.
Jupin pour chaque état mit deux tables au monde :
L’adroit, le vigilant, et le fort sont assis
A la première; et les petits
Mangent leur reste à la seconde.

Jean de La Fontaine, Le Fables

Un commentaire sur “L’Araignée et l’Hirondelle”

  1. Crystaline

    dit :

    Je trouve dommage que les dates de chaque poème ne soient pas indiquées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *