Tu crois au marc de café

Paul Verlaine

Tu crois au marc de café,
Aux présages, aux grands jeux :
Moi je ne crois qu’en tes grands yeux.

Tu crois aux contes de fées,
Aux jours néfastes, aux songes.
Moi je ne crois qu’en tes mensonges.

Tu crois en un vague Dieu,
En quelque saint spécial,
En tel Ave contre tel mal.

Je ne crois qu’aux heures bleues
Et roses que tu m’épanches
Dans la volupté des nuits blanches !

Et si profonde est ma foi
Envers tout ce que je crois
Que je ne vis plus que pour toi.

Paul Verlaine, Chansons pour elle

Imprimer ce poème

2 commentaires sur “Tu crois au marc de café”

  1. stellastar

    dit :

    Quel homme! Et quelle chance elle avait… L’amour est confiance en l’autre autant qu’en soi et parfois elle devient foi.

  2. Gribouilleuse de mot

    dit :

    Verlaine a raison. Quand on aime, on croit en ce que l’autre croit mais plus encore, on croit en l’autre plus qu’à toute fois…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *