Orientales

Francis Etienne Sicard

Perle ivoire et vermeil, dragée et draperie,
Maculent le palais de mes plus riches rêves
De leurs ombres gorgées d’une suave sève
Dont les palmiers brutaux nourrissent mes envies.

Lascives et vaincues des sultanes se plient
Aux regards de mes mains, et sans aucune trêve,
Dansent, nues et voilées, le long de lentes grèves
Où pavanent des paons dont elles boivent les cris.

D’immenses éventails chassent de leurs étoiles
Les eunuques attisés par des désirs de chair
Qu’un flamboyant démon envoute de son voile.

L’orient se couche alors comme un fauve de marbre
Dont les griffes damnées déchirent d’un éclair
Les rires d’un berger allongé sous un arbre.

Francis Etienne Sicard, Odalisques, 1995

Imprimer ce poème

9 commentaires sur “Orientales”

  1. DDF

    dit :

    Merci, j’ai pu finir mon dm de français, très bon poéme.

  2. Heihei

    dit :

    Merci mon devoir de français est fini grâce à ce poeme

  3. Bb

    dit :

    Je suis sauvé ! Merci #devoir de français

  4. Flo

    dit :

    Je n’ai pas trop compris de quoi parle le poème. Vous pouvez m’en faire un résumé ? Sinon il est très beau.

  5. mamav

    dit :

    Que qu’un peut me dire quel sont les oeuvres principales de Francis Etienne Sicard ? je suis une grande lectrice mais je ne trouve pas sur internet merci de me repondre au plus vite.

  6. yo

    dit :

    un de plus dans mon receuil..

  7. bibi

    dit :

    merci ça me sauve la vie pour mon français

  8. Hey hey

    dit :

    Ce poème me sauve pour mon devoir de francais Merci !

  9. Moi :)

    dit :

    Ce poème est superbe ;D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *