Mouton

Jules Delavigne

Les images passent et repassent
Dans sa tête, de mouton
Normal
Images de couloirs sinueux d’une enfance sacrée
Bordel
Les cheminées tombent une par une
Les poutres en acier se déforment
Tout est insufflé dans une spirale descendante sans fin

Il a lu tout ce qu’il fallait lire
Il a étudié les meilleurs
Il a dansé, chanté
Pleuré

L’heure de se réveiller arrive
Le soleil se lève, tout comme son indifférence
Et, comme d’habitude, il part brouter dans son champ
Avec les autres moutons parfaits

Jules Delavigne, Conclusions, 2008

Imprimer ce poème

7 commentaires sur “Mouton”

  1. mamadur

    dit :

    Je préfère les loutres.

  2. Lulu

    dit :

    Je n’ai pas compris ce que veut dire cette poésie. Pouvez vous m’aider ?

  3. Randzahroc Lïncolnd

    dit :

    C’est typiquement l’excuse du gars qui n’a pas réussi sa vie.

  4. Sebastoss58

    dit :

    Très bon ce poème, magnifique représentation de la condition humaine d’aujourd’hui. Nous savons que ça n’est qu’une spirale descendante sans fin mais nous allons tout de même brouter notre petite partie de champs sans se soucier des autres et ceux hors champs.

  5. stell-45

    dit :

    très beau poème

  6. La Patate du 92

    dit :

    J’aime les moutons : c’est boooon ! *q*

  7. azya

    dit :

    J’aime beaucoup ce poeme ! Il dit beaucoup de choses interressantes …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *